Alexis rejoint l’équipe de l’Ecole d’Agroécologie Voyageuse !

Alexis Louat a 29 ans. Passionné par l’Humain, les expériences de vie collectives, la transition et la Nature, il rejoint en ce début d’année 2021 l’équipe de l’Ecole d’Agroécologie Voyageuse. Une de ses premières missions: la mise en lumière des apprentissages et transformations des étudiant.e.s. Je lui pose 5 questions inspirées de l’Antisava pour vous permettre de le découvrir !

🌻 Quand on te dis le mot « Vivant », là tout de suite qu’as tu envie de partager ? 

« A trop avoir peur de mourir, il en finit par ne plus vivre« . La vie a peu de limites, elle se présente sous des formes et dans des environnements d’une incroyable diversité. Vivant c’est pour moi l’intensité, un cœur qui bat, la vie qui jaillit comme un torrent inarrêtable.
Mais le mot Vivant peut aussi prendre des formes plus statiques, des rythmes biologiques plus lents. Je m’émerveille vraiment en pensant à l’immense source de vie contenue dans une minuscule graine, inerte. Je pense aussi à la croissance des arbres, à leur vie tellement différentes de la nôtre. Je m’interroge sur leurs perceptions du monde, depuis leur propre structure.

🌻 Quelle est ta quête en mettant tes talents, ton temps et ton énergie au service de l’Ecole d’Agroécologie Voyageuse ?

Ma quête est celle de l’harmonie, de l’équilibre. Je souhaite contribuer à ce que l’humain retrouve une place plus respectueuse, bienveillante et humble au sein de l’écosystème planétaire. L’EAV contribue à la fois à accompagner des jeunes vers des pratiques nettement plus vertueuses pour toutes et tous, pleinement connectées au Vivant mais aussi vers une humanité grandissante, plus inter-connectée et confiante dans sa capacité de redessiner les lignes.

🌻 Quelle est la personne qui t’a le plus influencé.e positivement et pourquoi ?

La personne qui m’a le plus inspiré ou touché se nomme Sabine. Elle vit dans une confrérie religieuse du centre de Madagascar et s’occupe d’un centre scolaire et d’aide à la nutrition. J’ai été bouleversé par sa rencontre, un magnifique choc d’humanité. Elle porte nombre de valeurs qui me sont essentielles : Dévouement, générosité, don de soi, amour inconditionnel de chacun, sincérité et bienveillance. Elle est pour moi une immense source d’espoir, de détermination face à l’adversité,  de confiance dans l’humain.

🌻 Quel est le métier le plus farfelu que tu aies déjà voulu faire ?

Ce qui m’est farfelu ne l’est probablement pas pour d’autres et vice versa. Une partie de moi a envie de répondre Ingénieur dans les Télécommunications, ce qui correspond en réalité aux études que j’ai faites. Aujourd’hui ça me semble si éloigné de ce à quoi j’aspire. Sinon j’ai souvent eu envie de me former comme clown et de faire du théâtre, je ne l’ai jamais réellement envisagé comme métier mais ça me paraît assez barré et ça pourrait en réalité être une piste pour plus tard !

🌻 Comment entraines-tu ta créativité au quotidien ? 

Ma créativité se manifeste principalement par l’écriture, et la lecture de livres sur des sujets très différents m’alimente beaucoup. Mais c’est surtout, mon esprit d’enfant que j’essaie de conserver afin de nourrir les parties les plus créatives et réveiller celles qui sommeillent encore. C’est en me connectant à cet émerveillement, cette fantaisie, cette légèreté et à une énergie plus émotive et sensible que je trouve une source de couleur, de mots et d’espoir.


Une interview réalisée par Opaline Lysiak

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

onze − 1 =